Favoris du mois de novembre // Chansons japonaises

IMG_0396

Après les terribles événements de vendredi dernier et la semaine plus que morose qui s’en est suivie, je me suis dit que j’avais envie de vous faire partager quelques unes de mes chansons japonaises préférées, de celles qui donnent la pêche, le sourire, de celles qui mettent du baume au coeur même lorsque dehors il pleut et que le monde semble être devenu fou. Car les belles chansons françaises qui parlent de Paris, de la France telle qu’on l’aime, du mode de vie français dont nous sommes si fier, vous les connaissez. Mais ces jolies perles japonaises, empreintes d’une poésie souvent mélancolique et pourtant toujours positive, peut-être ne les avez-vous pas encore entendues, et peut-être vous permettront-elles de passer un moment de détente apaisée, loin des barbares qui cherchent à nous imposer leur idéologie nauséabonde par la terreur.

En élaborant ma sélection, je me suis rendue compte que les chansons dont je voulais vous parler sont presque toutes tirées d’oeuvres du Studio Ghibli : que voulez-vous, on ne se refait pas, je suis une grande fan !

812100i389964

Commençons par « Ue o muite arukô » de Sakomoto Kyu : cette chanson date de 1963 et fut un grand tube à l’internationale. Le chanteur, né en 1941, est mort en 1985 dans l’un des pires accidents d’avion de l’histoire, celui du vol 123 de la Japan Air Line. Pas très joyeux tout cela, me direz-vous, c’est sûr, mais la chanson demeure très belle. Elle passe de nombreuses fois dans La Coqueline aux Coquelicots du Studio Ghibli.

En voici les paroles :

« Je lève les yeux en descendant la rue tout seul.
Alors mes larmes ne me mouilleront pas les joues quand je marche
Je me souviens des jours de printemps que j’ai passés avec toi,
Mais maintenant tous les soirs je suis tout seul

Je me lève les yeux en descendant la rue tout seul.
Je compte les étoiles floues en ayant les yeux larmoyants
Je me souviens des jours d’été que j’ai passés avec toi,
Mais maintenant tous les soirs je suis tout seul

J’espère avoir le bonheur au delà des nuages
J’espère avoir le bonheur en plein ciel

Je lève les yeux en descendant la rue tout seul.
Alors mes larmes ne me mouilleront pas les joues quand je marche
Avec les larmes aux yeux, je marche
Je marche dans la rue tout seul.
(sifflement)
Je me souviens des jours d’automne que j’ai passés avec toi,
Mais maintenant tous les soirs je suis tout seul

J’espère que mon chagrin s’en ira au delà des étoiles
J’espère que mon chagrin s’en ira au delà de la lune

Je lève les yeux en descendant la rue tout seul.
Alors mes larmes ne me mouilleront pas les joues quand je marche
Avec les larmes aux yeux, je marche
Je marche dans la rue tout seul.

Je marche dans la rue tout seul. » (Source : Nautiljon)

royaume-des-chats

Deuxième chanson : « Kaze ni naru » de Tsuji Ayano, que vous connaissez peut-être si vous avez vu le très mignon Royaume des chats du Studio Ghibli. En plus de l’air entraînant, je trouve les paroles vraiment poétiques, même s’il n’y a pas besoin de comprendre le japonais pour apprécier la légèreté et la simplicité de cette chanson.

« Ferme les yeux et retrouve la chanson d’amour.
Tendre ma main et attraper la tienne cachée dans le ciel bleu encore une fois.
N’oublie pas que je serais bientôt tout le temps à tes côtés.
Même à l’aube quand tu regardes seul le ciel étoilé.
Ne laisse pas ton seul coeur plongé dans l’obscurité par la tristesse.
Je changerais tes soupirs dans la brise printanière.

Je vais à vélo vers la colline ensoleillée.
Transportant les souvenirs oubliés avec toi.

Lalalalala, je fredonne.
Le bonheur trouvé avec toi est comme une fleur.

Ouvre la fenêtre oubliée; la chanson d’amour commence alors.
Lève les mains et soutient le ciel bleu encore une fois.
Je n’oublierais pas que bientôt tu seras à mes côtés tout le temps.
Même demain quand les larmes brilleront dans le ciel étoilé.
Fait qu’il n’y ait qu’un seul mot dans mon coeur,
Pour ton bien, je suis balancée par la brise printanière.

Je vais à vélo vers la colline ensoleillée.
Transportant la promesse faite ensemble.

Lalalalala, je fredonne.
Le bonheur trouvé avec toi est comme une prière.

Je vais à vélo vers la colline ensoleillée.
Transportant la promesse faite ensemble.

Lalalalala, je fredonne.
Le bonheur trouvé avec toi est comme une prière.

Le bonheur trouvé avec toi est comme une prière. » (Source : Nautiljon)

507462

Troisième chanson, toujours du Studio Ghibli mais cette fois dans Arietty, le petit monde des chapardeurs : « Arietty’s song » chanté par la française Cécile Corbel. Je n’avais pas trop aimé le film, mais j »adore cette chanson, avec le mélange entre l’accent français de la chanteuse et l’inspiration celtique donnée par la harpe.

Les paroles :

« J’ai quatorze ans, je suis une jolie
Et joyeuse petite fille
Une chapardeuse cachée sous le plancher

Parfois je suis heureuse
Parfois je suis déprimée
J’aimerai rencontrer quelqu’un

Je veux sentir le vent dans mes cheveux
Et contempler le ciel
Je veux t’offrir des fleurs

C’est un monde différent au delà
Regarde, les papillons dansent
Ils m’attendent

Oui, rien ne change jamais
Dans mon petit monde
Ce n’est pas que je le déteste
Mais je veux connaître
Davantage sur toi

Mon bonheur et ma tristesse
Se mélangent toujours ensemble

Je veux sentir le vent dans mes cheveux
Et contempler le ciel
Je veux t’offrir des fleurs

C’est un monde différent au delà
Regarde, les papillons dansent
Ils t’attendent

Sous le soleil et entourée de fleur
Je veux passer cette journée
Avec toi

Avec ces souvenirs dans mon coeur
Je ferai mon propre chemin
Dans un nouveau monde » (Source : Nautiljon)

le-conte-de-la-princesse-kaguya-04

Quatrième chanson, Inochi no kioku (« Souvenirs de la vie ») de Nikaido Kazumi, qui est le générique de fin du Ghibli Le conte de la Princesse Kaguya, sorti à l’été 2014 en France et passé un peu inaperçu. Si vous ne l’avez pas vu, c’est l’occasion de découvrir un joyau d’animation sur fond de mythologie japonaise. Cette chanson de fin est tout simplement sublime, triste, poignante, le tout porté par la délicate voix de Nikaido Kazumi. C’est un véritable poème mis en musique.

« La joie de t’avoir connu
Est si vive, si profonde
Qu’elle pénètre
Tout mon être

Même au jour lointain
Où je ne saurai plus rien
Que vienne même le moment
Où ma vie prendra fin

Tout dans l’instant présent
Vient du passé tout entier
Nous nous reverrons sûrement
Là où mon cœur est resté

La chaleur de ta présence
Fut si vive, si profonde
Que par-delà le temps
Je la ressens maintenant

Dans le feu de la passion
Qui met pour longtemps du soleil au cœur
Comme dans les affres du chagrin
Caressant nos blessures

Tout dans l’instant présent
Est espoir pour l’avenir
J’en garde mémoire à jamais
Là où mon cœur est resté

Tout dans l’instant présent
Vient du passé tout entier
Nous nous reverrons sûrement
Là où mon cœur est resté

Tout dans l’instant présent
Est espoir pour l’avenir
J’en garde mémoire à jamais
En mon souvenir de la vie » (Source : Paroles-musique.com)

kokia-hikari-wo-kasanete-single-2012

Enfin, cinquième chanson, Arigatou de la chanteuse Kokia, que j’adore pour ses chansons épiques dans Animatrix ou Origine, et qui a une voix magnifique. Arigatou (qui veut dire « Merci » en japonais) est une chanson d’amour assez classique, que certains pourraient trouver un peu gnangnan, mais moi je la trouve très belle 🙂

« Chacun perd quelque chose
Avant de le réaliser par soi-même
Je me suis soudainement rendu compte que tu es parti
Me laissant seulement des souvenirs
Dans le bonheur, nous avons perdu nos mots
Comme des poupées
Comme tous ces chats perdus au coin de la rue
J’entends un cri perçant silencieux

Si je pouvais te voir une fois encore
Je ne te dirais qu’un mot : merci, merci

Même si tu me fais du mal parfois
Je veux continuer à te sentir
Au moins j’ai mes souvenirs pour me soulager
Je t’aurai toujours près de moi

Si je pouvais te voir une fois encore
Je ne te dirais qu’un mot : merci, merci

Si je pouvais te voir une fois encore
Je ne te dirais qu’un mot
Si je pouvais te voir une fois encore
Je ne te dirais qu’un mot : merci, merci

Même si tu me fais du mal parfois, je veux continuer à te sentir. » (Source : Nautiljon)

***

J’espère que cette sélection vous fera du bien et qu’elle vous permettra de commencer le weekend du bon pied. Bon courage à tous, avec une grosse pensée pour les familles et les proches des victimes des attentats de vendredi. ❤ Que la force soit avec nous ❤

4 commentaires sur « Favoris du mois de novembre // Chansons japonaises »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s